Blog

La vie intérieure, c’est quoi ?

Soljenitsyne- citation vie intérieure nécessaire aux hommes
Temps de lecture : 5 minutes

La “vie intérieure”, l’intériorité, voilà un espace un peu mystérieux. En ce temps d’arrêt imposé par le confinement, prenons le temps de faire un détour par notre vie intérieure et découvrir comment elle peut nous aider.
Mais la vie intérieure, c’est quoi ?

Photo by Laure de Balincourt

L’accélération, la performance, les stimulations et sollicitations multiples, le devoir d’être réactif, soumis aux obligations d’acheter, de consommer, de commenter, d’évaluer, toute cette agitation noie le contact que l’on peut avoir avec notre vie intérieure. Vous avez à peine reçu la cafetière, le canapé ou vu un spectacle qu’on vous demande instamment votre avis. Et d’autres propositions affluent : des coussins assortis au canapé, des tasses à café ou le prochain spectacle du comédien que vous avez vu hier soir. Sans oublier la carte avantage parce que c’est tellement plus simple ! Tout s’enchaîne, se télescope,,, Pouce !

Ça c’est la vie extérieure.

Et la vie intérieure alors ? Qu’est-ce que la vie intérieure ?

La vie intérieure est une vie, donc une activité. Un mouvement qui se passe à l’intérieur de nous. C’est le bruissement de nos pensées, nos désirs, nos sensations, nos émotions, nos espérances, etc  La vie intérieure est la conscience de cette animation qui nous habite, dés lors que nous nous soulageons des sollicitations extérieures. C’est la circulation d’une liberté et d’une vérité qui résistent aux injonctions extérieures. Liberté car toutes les fantaisies et divergences de pensées sont permises et vérité car cette richesse intérieure nous signifie notre unicité.

Notre vie intérieure nourrit notre faculté de transfigurer le réel ; plus elle est riche plus elle nous rend capable d’affronter le réel et d’entrer en résilience. 

Ce “murmure confus du bruit de nos âmes” dit A. Comte Sponville, est la base de l’inspiration. Les arts, la spiritualité, la créativité se nourrissent autant qu’ils enrichissent notre vie intérieure.

Confinez, confinez; Intériorisez, Intériorisez !

Bien sûr, une part de notre humanité se réalise dans l’action, ce besoin qu’on a d’agir sur le réel, de façonner le monde. Cet agir là est même indispensable à notre croissance.
En ce temps de confinement qui nous oblige à ralentir nos activités, qui délivre également de certaines demandes ou exigences et par là même modère les velléités de performance, un certain désarroi peut nous gagner. “Qu’est-ce que je peux faire… j’sais pas quoi faire…” répète Anna Karina. Prendre son temps, mais qu’est-ce que ça veut dire ? Lâcher prise ? mais comment faire ? Se détendre ? mais je n’y arrive pas;  Ralentir, mais pour quoi faire ? Or les ressources pour ces changements se trouvent dans les contrées de notre vie intérieure.
Pourtant, la vie intérieure effraie certains. Elle nous renvoie à notre intimité, notre solitude —inhérente à notre condition humaine, nos déserts, nos chaos, nos cachots aussi parfois.

C.Bobin-citation vie interieure-"Aimer c-est prendre soin de la solitude de l-autre
Photo by Laure de Balincourt

Vie intérieure et acceptation

Accepter la situation, ce confinement imposé par exemple, peut poser problème; c’est une situation réelle et soudaine, sur laquelle nous n’avons pas de prise. Et l’hyperactivité de nos sociétés, la course à la performance, tend à nous faire croire que nous pouvons quasiment tout contrôler. Cette pandémie qui jaillit ainsi dans l’organisation de nos vies libres, sécurisées et confortables, va à l’encontre de nos prévisibles. Elle impose contraintes et interdictions. Les mesures prises pour la combattre s’opposent brutalement à notre modèle de société d’une part, mais aussi au fonctionnement humain (sociabilité, affectivité, solidarité, etc) Or, on voit bien que celui qui n’accepte pas cette situation se met en péril et met aussi les autres en péril.
Pourtant, plus je séjournerai avec aisance dans les recoins de ma vie intérieure, plus j’augmenterai mon autonomie, plus j’affronterai également avec facilité cette réalité.
L’acceptation d’une inéluctabilité qui ne dépend pas de moi me donne la possibilité de transformer la partie du réel qui dépend de moi. Cette modélisation du réel me conviendra, elle participera à mon bonheur si, et uniquement si, elle répond à une part de ma vérité intérieure. Ainsi, les uns ou les autres vont privilégier les échanges téléphoniques, le jardinage, la lecture, la musique, la méditation, la prière, l’humour,,, pour dépasser le confinement et les peurs que peut générer cette situation.
En ce sens, il est important d’intérioriser les évènements. Cela permet de vivre en congruence, d’agir dans le sens de ce qui est important pour soi, en cohérence avec ses valeurs.

“Creuser la profondeur du dedans,
c’est affronter les défis du dehors.
Plus on gravit la transcendance sans nom
Plus on appréhende en soi le sans-fond.”

François CHENG, “Enfin le Royaume” – Gallimard

Les bienfaits d’une familiarité avec sa vie intérieure

Être à l’écoute de ses sensations, de ses émotions, les accueillir comme elles viennent, les clarifier, les nommer; vivre le temps présent; lire ses réactions et observer ses pensées; rêver, méditer, se laisser porter par la musique, un pinceau, ou une senteur de cuisine; porter son attention sur cette activité incessante de l’esprit, c’est cela partir à la rencontre de sa vie intérieure. Ce travail d’introspection responsabilise. Il apprend à discerner les prismes de pensées et les humeurs, distinguer les interprétations des faits, prendre du recul sur les évènements, élargir ses points de vue, pondérer ses jugements, modifier ses opinions. 

On sait aussi qu’une familiarité avec sa vie intérieure favorise l’écoute, l’empathie et donc un vivre ensemble. Par la conscience des mouvements de l’âme, elle nous rend plus humain et plus profondément amoureux de la vie. Fortement apaisante, unifiante, l’attention à notre vie intérieure contribue à nous donner une conscience éveillée, qui nous guide vers des choix respectueux, de soi, de l’autre, de son environnement.

S’ancrer dans son intériorité permet de répondre à l’extériorité avec plus de justesse.

L’absence d’une vie intérieure, ou plutôt de relation avec sa vie intérieure, peut conduire au déni de la réalité, à l’égarement de soi.

Il faut bien distinguer le murmure de la vie intérieure, ses babillages parasites, du vacarme assourdissant de l’égo. La vie intérieure est le langage de notre moi profond ; l’égo, celui de la dissipation de notre moi !  Alors que la première s’engage dans la recherche de vérité, l’égo cherche à camoufler, duper, tricher en réécrivant l’histoire.

“L’interaction humaine peut être un enfer. Ou une grande pratique spirituelle.” écrit Eckart Tolle.

Alors si vous êtes confinés à plusieurs, pour que l’enfer ne soit ni vous ni l’autre, et que le goût de la vie se savoure en famille, en couple ou en communauté, penchez vous donc sur votre vie intérieure. Vous agrandirez votre espace de compréhension et donc de tolérance, demeurerez libre malgré l’enfermement. Et pour ceux qui aiment écrire, lire, profitez-en ! L’écriture est un parfait véhicule des ressacs de l’esprit. Elle est excellente pour nourrir la vie intérieure, qui, par ailleurs s’étaye sur une richesse sémantique.
Waouh, comme la rentrée littéraire va être dense dans quelques mois ! 😉

Nous sommes face à nous-mêmes, on ne sait pour combien de temps, dans l’incertitude de l’après et parfois l’inquiétude pour nos proches. Tant d’éléments qui sont éprouvants. Alors, bonne exploration de votre intériorité pour rendre ce face à face engageant et déployer vos possibles !

Prenez soin de vous, protégez vous, restez chez vous. Bon courage !

Et profitez-en pour lire des tas d’articles passionnants dans ce blog ! 😉

A bientôt,

Laure

En + :

André Comte Sponville dans La Croix:
https://croire.la-croix.com/Definitions/Lexique/Vie-spirituelle/La-vie-spirituelle-decrite-par-A.-Comte-Sponville-decryptee-par-le-P.-Rondet
La vie intérieure racontée par Christophe André :
https://www.franceculture.fr/emissions/la-vie-interieure


À ton tour, ouvre la porte de ton avenir

Le Parcours du Loup Blanc est un parcours de développement personnel et de coaching spécifiquement élaboré pour les jeunes ( ados, lycéens, jeunes adultes ).

découvrir nos stages de développement personnel pour augmenter la confiance en soi
©Parcours du Loup Blanc - Stage confiance en soi | estime de soi

Transdisciplinaire et progressif, il est adapté à tes besoins. Pourvu d'outils pragmatiques et efficaces que tu découvriras lors des différents stages, il te servira autant dans ta vie quotidienne que lors de tes apprentissages.

Axé sur la confiance en soi, l'estime de soi, l'affirmation de soi, cette boîte à outils t'ouvre les portes de possibles en t'accompagnant sur les chemins d'une connaissance de toi-même et d'une plus grande conscience de soi, et donc de l'autre !

 

Laisser un commentaire